Contexte & objectifs

Les eaux souterraines couvrent 65% des besoins dans l’Union Européenne pour l’alimentation en eau potable.
La recharge et la préservation de cette ressource est une nécessité.
Dans le programme FROG nous nous intéressons particulièrement aux ouvrages d’infiltration des eaux pluviales en ville notamment afin d’étudier l’influence de ces pratiques de gestion sur la qualité des eaux souterraines.

Il s’agit notamment d’étudier :

1- les transferts de la surface vers la nappe

  • ° Transfert d’eau et de solutés en fonction des propriétés des bassins (zone non saturée)
  • ° Transfert de contaminants en fonction de leurs propriétés chimiques (ex : hydrophobicité)
  • ° Contaminants biologiques (bactéries)

2- la modification des capacités auto-épuratrices de l’écosystème « nappe » :

Il s’agira d’étudier la résistance et la résilience des communautés bactériennes de la nappe et de leurs fonctions dans les processus auto-épuratoires.

Les sites expérimentaux du projet se situent sur la Métropole de Lyon et sont suivis dans le cadre de l’OTHU (observatoire de terrain en hydrologie urbaine). Il s’agit de bassins d’infiltrations avec des zones non saturées de tailles variables et dans des contextes d’urbanisation différents.
Il s’agit des bassins de Chassieu « Django Reinhardt », Minerve, Iut et Grange Blanche (4 bassins suivis depuis de nombreuses années avec une instrumentation  « lourde » pour le bassin de Django Reinhardt) et des bassins de Feyzin, et Mions Pesselière suivis de façon plus légère.

WordPress.com.

Retour en haut ↑